03 août 2008

La marque postale "BATIMENT DESARME"

De nombreux courriers sont adressés à des bâtiments de la Marine nationale qui ont fait l'objet d'un désarmement.

Un certain nombre d'établissements postaux militaires de la marine (bureaux postaux navals et agences postales militaires de la marine) ont donc été dotés d'une marque accessoire avec mention "BATIMENT DESARME", destinée à être apposée sur les correspondances retournées à l'envoyeur.


Courrier officiel en franchise de la Base opérationnelle de la Force océanique stratégique (BOFOST) de Brest avec timbre à date de l'agence postale militaire de la marine "29240 BREST SOUS MARINS MARINE" (17 mars 1988), adressée au Vaguemestre de l'Escorteur d'Escadre GUEPRATTE, via le bureau postal naval de Paris
L'enveloppe a été retournée à l'envoyeur par l'agence postale militaire de la marine "83800 TOULON SECTEUR MARINE", qui y appose au recto son cachet encadré "BATIMENT DESARME" et, au verso, son timbre à date (25 mars 1988)


Petit historique de l'Escorteur d'Escadre Guépratte (tiré du site internet Netmarine) :

Douzième d'une série de 18 escorteurs d'escadre, le Guépratte fut conçu comme escorteur antiaérien avant d'être refondu anti-sous-marin. Mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes en août 1953, lancé le 8 novembre 1954, il est admis au service actif le 6 juin 1957.

Le 14 décembre 1966 est contitué le Groupe Naval d'Essais de Missiles (Groupe M). Ce groupe travaille au profit du Centre d'essais des Landes et étudie le comportement des engins balistiques. Il comprend l'escorteur d'escadre Guépratte, Le Savoyard, Le Basque (remplacé plus tard par Le Breton), et la 24ème division de dragueurs de mines.

Sa refonte en bâtiment anti-sous-marin est effectuée à l'arsenal de Brest d'août 1968 à août 1970.

A son désarmement le 5 août 1985, il avait parcouru 640 000 milles en 2600 jours de mer. Sa coque prit le numéro de désarmement Q643 le 13 mars 1986. La coque du Guépratte est coulé le 9 novembre 1994 par deux missiles Exocet AM39 tirés par un avion de patrouille maritime Atlantic de la flottille 23F et par un Super-Etendard.

L'escorteur d'escadre Guépratte fut le premier bâtiment à porter ce nom, mais le nom du vice-amiral est repris de nos jours par la frégate furtive Guépratte (du type La Fayette).

Aucun commentaire: