16 juin 2015

Ebola : dans la peau d'une secrétaire assistante et vaguemestre en Guinée

Le sergent-chef Sabrina, projetée au sein du centre de traitement des soignants (CTS) de Conakry depuis le 7 mars 2015, occupe les fonctions de secrétaire assistante du commandant du détachement et de vaguemestre du théâtre.

Sa première fonction est d'assister le médecin-en-chef Boutin, commandant le CTS, dans le domaine administratif. La vie d'un détachement en mission implique la production de nombreux documents officiels qu'il faut alors mettre en forme, enregistrer, diffuser puis archiver. Elle est l'une des garantes de la conservation des écrits relatant la vie opérationnelle et administrative du CTS.

L'ensemble sera reversé au Service Historique de la Défense (SHD) à la fin de la mission : activités opérationnelles, mouvements internes, actes administratifs … Elle a aussi en charge le renouvellement des visas du personnel militaire déployé en Guinée et de fait, est en relation régulière avec l'ambassade de France en Guinée.

Le sergent-chef joue également un rôle prépondérant lors des relèves d'équipe puisqu'elle élabore la liste des passagers et des personnels embarqués qu’elle fournit ensuite au commandant de bord. Remise des passeports, édition des cartes d'embarquement, vérification du poids des sacs lors de l'enregistrement, elle anticipe les procédures de transit du personnel et s'assure sur place de la conformité des documents produits.




Sa deuxième fonction est celle de vaguemestre du détachement. Ce poste a nécessité une formation spécifique, en France, au service postal à l'international pour la Défense (SPID) et au centre de soutien opérationnel des armées (CSOA). Le caractère provisoire de la mission du CTS a conduit à adapter certaines procédures.

Deux fois par semaine, le sergent-chef se rend à la zone fret de l'aéroport de Gbessia pour envoyer ses dépêches constituées de lettres du personnel et de courriers officiels. Elle réceptionne au même moment celles arrivées de France par voie aérienne civile au comptoir Air France. Elle coordonne ces actions en relations étroites avec les douaniers guinéens, les services import-export qui lui réservent « toujours un bon accueil ».

L'ensemble des mouvements de dépêches est suivi avec des comptes rendus immédiat au SPID, garantissant une efficacité optimale. Très investie dans cette mission, elle affirme que « le travail de vaguemestre contribue à la condition du personnel et au moral des troupes en OPEX ».




Engagée en 2002 en tant que militaire du rang au 126e régiment d'infanterie, elle a ensuite rejoint le bureau de service national à Bordeaux. Elle a alors été proposée pour devenir sous-officier en 2007, dans la spécialité administration et soutien. Sa motivation à gravir les échelons l’a conduit à Paris, à l'école de guerre puis à l'IHEDN, détachée au service du Premier ministre.

Enfin, en 2013, elle a regagné sa région d'origine, le Sud-ouest, au groupement de soutien de la base de défense (GSBDD) de Toulouse pour s’occuper des marchés publics.

Le sergent-chef Sabrina a découvert pour la première fois un pays africain dans le cadre d'une mission opérationnelle. Auparavant, en 2005 et en 2006-2007, elle avait rempli deux missions de courte durée en Martinique et à la Réunion en renfort du bureau du service national.

De cette projection en Guinée, dans un contexte de crise sanitaire et au sein d'un détachement interarmées à forte dominante service de santé des armées (SSA), elle retiendra « la gentillesse des guinéens, les moyens mis en œuvre au CTS, la mission même de prise en charge de patients contaminés par le virus Ebola ».




Elle met en pratique au quotidien une bonne capacité d'adaptation, en prenant en charge des tâches très variées, et ce au profit de ce détachement atypique qui requiert de la part de chacun un investissement total. Femme de contact et dotée d’un bon relationnel, elle apprécie son quotidien au CTS, surtout en raison de la mobilité inhérente à ses fonctions et aux nombreux contacts créés.

Le CTS engage depuis le 14 janvier plus de 120 militaires, dont 70 proviennent du SSA et du RMED, et 25 viennent du 2eRD, dont la spécialité est l’intervention face aux dangers nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques.

Une trentaine de militaires sont dédiés au commandement et au soutien logistique. Il répond à l’objectif que se donne la France de lutter activement contre la maladie en étant intégré à la Task Force Ebola (TFE). Il est destiné aux soignants guinéens et ceux de toute autre nationalité amenés à œuvrer dans la lutte contre le virus dans le pays.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense



Aucun commentaire: