06 janvier 2008

Les Bureaux Frontière en Allemagne

Deux centres de tri militaires alimentaient et étaient alimentés en correspondances par les bureaux postaux militaires implantés en Allemagne :

- le Bureau Frontière "P" à KAISERLAUTERN puis TREVES, qui couvrait la zone nord,



Collier de sac postal en provenance du Bureau Frontière "P" et à destination du Bureau Frontière "H" (12 mars 1990)


- le Bureau Frontière "H" à OFFENBOURG, qui couvrait les zones sud et centre.


Collier de sac postal en provenance du Bureau Frontière "H" et à destination du centre de tri de Strasbourg (22 mai 1997)


Dans le sens France-Allemagne, les bureaux frontière recevaient les correspondances déposées en France ou à l'étranger, destinées aux secteurs postaux de la série 69000 qui est celle des Forces françaises en Allemagne.

Ces lettres, paquets, mandats, ... avaient été triés et mis en sacs par le centre de tri militaire de la Caserne de Reuilly à Paris.

Les sacs postaux, individualisés par bureau postal militaire, étaient convoyés depuis Paris par un sous-officier de la Poste aux armées et arrivaient en gare de Strasbourg à 04 heures du matin, où ils étaient réceptionnés par le personnel du Bureau frontière "H".

Il en était de même pour le Bureau Frontière "P" qui récupérait les sacs à la gare de Nancy à 02 heures du matin.

Toutes les liaisons entre les bureaux frontière et les bureaux postaux militaires destinataires étaient réalisées par voie routière (sauf pour le bureau postal militaire 600 de Berlin qui était desservi trois fois par semaine par le Train militaire français de Berlin).


Etiquette de sac postal en provenance du Bureau Frontière "H" et à destination du bureau postal militaire 600 de Berlin, via le Train militaire française de Berlin (TMFB - 05 décembre 1984)

Au retour, les camions de la Poste aux armées emportaient le courrier qui était déposé dans les bureaux postaux militaires vers les bureaux frontières, qui le triait et l'envoyait vers centres de tri postaux de métropole, via les gares de Strasbourg et de Nancy.

Outre les objets de correspondance, officiels et privés, normalement confiés à la Poste, les véhicules de la Poste aux armées transportaient également les colis volumineux qui parvenaient par la SNCF, les journaux et périodiques destinés aux magasins de Presse et Economats et les films commerciaux projetés chaque jour dans les cinémas des Foyers de garnison.


Les bureaux frontière étaient dotés de différents timbres à date ainsi que d'une machine à oblitérer SECAP.

Aucun commentaire: